Fraude au président : 4 mesures clés pour enrayer la menace à bien connaître

Fraude président

DEVENIR REDACTEUR

Vous souhaitez rédiger des articles sur l’une de nos thématiques ? N’hésitez pas à consulter nos conditions d’utilisation. 

Qui n’a pas entendu parler de la fraude au “faux président” ? Elle représente de nos jours une menace considérable. Ce type d’escroquerie est en train de prendre une ampleur sans précédent : rien que pour l’année 2016, ce sont 25% des entreprises qui ont connu plus de 10 tentatives de fraude alors que ce chiffre ne représentait que 17% en 2014. Ce sont 8 entreprises sur 10 qui ont connu au moins une tentative de fraude en 2016 : le chiffre est alarmant. Alors, comment se protéger face à ce type d’arnaque ?

Fraude au président : de nouvelles expertises voient le jour pour s’en protéger

Détourner plusieurs millions d’euros semble être un jeu d’enfant pour les arnaqueurs qui ont compris comment tirer habilement les ficelles de cette supercherie. Ils profitent du départ en congés des collaborateurs les plus importants du service comptabilité et prennent contact avec une personne non habilitée aux transactions. Ils se font alors passer pour le président de l’entreprise en déplacement à l’étranger et exigent le virement d’une importante somme d’argent en urgence. Ces détournements, représentant selon le FBI 2,3 milliards de dollars entre octobre 2013 et février 2016, ont plongé bien des entreprises dans des situations financières critiques.

Pour les internautes souhaitant préparer leur retraite, Sapiendo propose des simulateurs de retraite en ligne.

Face à la montée en puissance de la fraude au président, une véritable prise de conscience a alors été amorcée au sein des entreprises. Pour affronter ce nouveau moyen de détournement de fonds, des experts se sont spécialisés dans ce type de fraude pour accompagner au mieux les entreprises. Des offres sur-mesure ont ainsi vu le jour : nous voyons de plus en plus d’assureurs proposer des offres spécifiques permettant de protéger les entreprises, et d’un autre côté, des experts en sécurité informatique proposer des solutions numériques pour vérifier l’identité des commanditaires de la transaction et à plus forte raison des signataires.

Concrètement, quelles mesures peuvent prendre les entreprises pour contrer la fraude au président ?

fraude au président

  • Mener des campagnes de sensibilisation auprès des collaborateurs :

Il faut d’abord traiter le problème à la racine. Les arnaqueurs s’attaquent aux collaborateurs les moins aguerris de l’entreprise. Il est donc indispensable d’organiser des présentations en interne afin de présenter ce qu’est la fraude au président, les risques encourus, ainsi que les réflexes à avoir en cas de doute. En dressant un portrait-robot de l’arnaqueur, de sa manière d’agir, les collaborateurs seront plus vigilants face à ce risque.

  • Mettre en place un plan d’urgence en cas de fraude :

La cartographie des risques, essentielle à la survie de l’entreprise, déterminera le plan d’urgence à mettre en place en cas de fraude. Chaque scénario doit être envisagé et préparé en amont pour que les collaborateurs puissent intervenir au plus vite. La réactivité dans ce type de situation est primordiale pour limiter les préjudices sur les enjeux liés à ce formulaire pour qu’il soit fait bon usage. Ce formulaire devra être signé électroniquement par le Président pour garantir son identité

  • Instaurer un formulaire de demande de virement urgent intégrant la signature électronique :

Dans le cas où un virement urgent est exigé par le vrai président de l’entreprise, un formulaire doit être complété avant la transaction. Il permettra d’avoir une trace officielle de la demande. Chaque collaborateur devra être briefé sur les enjeux liés à ce formulaire pour qu’il en soit fait bon usage.

  • Vérifier systématiquement l’identité du président :

Afin de finaliser la transaction demandée par le président de l’entreprise, une authentification lui sera envoyée sur son téléphone portable et/ou sur son adresse mail. Seul le président pourra alors valider par le biais d’une signature électronique qu’il donne son accord pour la transaction.

Toujours dans le domaine de la Vie Pratique, quelles ont été les conséquences du “Choc Trump” ?

Laisser un commentaire

Catégories